Image1\
Harry Mariette

Harry Mariette

Technique du "Low Kick" sur le côté pour déstabiliser l'adversaire et lui porter le coup fatal

Technique de protection d'une personne se faisant agresser par étranglement de face

Voici les témoignages de quelques femmes faisant partie de la fédération IKM Krav Maga.

Ces femmes font du Krav Maga dans notre fédération depuis quelques mois, 1 an voire quelques années.

Nous voulions vous donner quelques points de vue de femmes par rapport à la Self-défense et casser le mythe que le Krav Maga est fait que pour les gros bras.

Bonne lecture!

Harry Mariette
Responsable IKM Belgique
 
***

1/ Comment as-tu connu le Krav Maga?

Anne V: J'ai une vie fort active et pour me déstresser je faisais du jogging tôt le matin et tard le soir au parc avec mon chien. Celui-ci étant décédé, j'ai continué à en faire seule et me suis fait aborder plusieurs fois, la nuit, par des individus louches. En outre, vers 23h étant arrêtée à un feu rouge, un individu a cassé le carreau de ma voiture pour me voler mon sac, comme celui-ci ne contenait que des fruits il est revenu furax et m'aurait frappée si je n'avais pas su démarrer. Je suis trop occupée et passe trop peu de temps à la maison pour m'occuper actuellement d'un autre jeune chien, j'ai donc plutôt opté pour un sport de self-défense.

En parlant à l'un de mes fils, celui-ci m'a suggéré de faire du Krav Maga et m'a présenté un de ses amis instructeur et m'a accompagnée au premier cours (puis est reparti en Argentine)

Jessika : J’en ai entendu parler. Vu que c’est Israélien, je me suis dit que c’était bien d’essayer.

Valérie : J ai connu le Krav Maga par Harry Mariette. Il enseignait le Krav Maga dans l’entreprise où je travaille.

Laurence : Je connais le Krav Maga depuis un certain temps car un ancien petit ami le pratiquait. Ensuite je me suis liée d'amitié avec un ami qui m'a proposé de venir faire un essai. Ca m'a plu et j'ai continué…

Tamara : Grâce à mon ancienne colocataire.

Marie-Sandra : J'ai regardé un court reportage aux informations concernant le Krav Maga. Il s'agissait d'une jeune fille, toute douce, qui jouait du violon et qui faisait du Krav Maga. J'ai tout de suite été séduite par ce sport qui ne demande pas de force physique particulière (j'ai 44 ans). J'ai donc pianoté sur internet pour trouver un club sur Uccle, premier cours d'essai concluant, j'ai donc abandonné ma salle de sport et j'entame ma 3ème année de Krav Maga..

Anne W : j’ai rencontré, chez un ami commun, Gaëtan qui a pratiqué le même art martial que moi (kung fu sino-vietnamien).  Il m’a vanté les mérites du Krav Maga en tant que sport de défense.  Il m’a proposé de l’accompagner à un cours donné par Harry Mariette, je l’ai suivi et n’ai pas été déçue.

Helene : À mon arrivée à Bruxelles, il y a un an, je cherchais un bon moyen d'apprendre à me défendre. C'est un ami, militaire de carrière, qui m'a parlé pour la première fois du Krav Maga car il a l'opportunité d'en faire pour son métier. Je me suis alors renseignée sur internet pour trouver un club proche de chez moi. J'ai atterri dans le dojo du brochet à Ixelles et je ne regrette absolument pas.

Anna J : C’est suite à un reportage télévisé que j´ai vu qu’il existait des clubs de Krav Maga en Belgique. Cela m´intéressait d´apprendre la self-défense.

2/ Que penses-tu de l'ambiance des cours?

Anne V : L'ambiance est très sympathique et respectueuse. Au début j'ai un peu hésité car la prédominance est très fortement masculine et je suis de loin la plus âgée du cours, mais cela se passe très bien et je n'ai plus l'impression d'être un  frein pour les autres participants, je vais même prochainement entrainer une amie  à ce cours .
Je viens le samedi matin et dans la mesure du possible un autre jour mais 18h est trop tôt pour moi qui travaille souvent jusqu'à 19/20h, je suis donc très irrégulière et souvent en retard en semaine le soir.

Jessika : Bonne ambiance. La majorité de gens sont sympas. Que tu sois une femme ou pas, tout le monde se respecte. S’entraîner avec des hommes n’est pas un problème et j’espère que les femmes se sentiront rassurées malgré le ratio homme/femme.

Valérie : Extra! Dès l’entrée de l’instructeur en salle, je sens que je suis dans un autre univers.  L’ambiance y est sérieuse et professionnelle, enrichissante par les explications des techniques, les anecdotes et les expériences combats de mon instructeur, amusante grâce à son humour et rassurante grâce à son  soutien moral. C’est un réel plaisir de suivre ses cours ! Sans oublier tous les participants, on fait tous attention à nos gestes et chacun de nous fait de ses cours d'agréables moments.

Laurence : SUPER!  L'ambiance est décontractée, je prends vraiment beaucoup de plaisir à y aller.

Tamara : L'ambiance est agréable et plutôt décontractée.

Marie-Sandra : L'ambiance est vraiment géniale, de tous âges, les deux sexes, tout le monde se parle, les techniques sont apprises avec tout le monde ce qui permet de mieux connaître les partenaires, il n'y a pas d'épreuve de force, on s'entraide pour les techniques. Et puis, les petits repas organisés par l'initiative de l'instructeur sont un bon moyen de créer une ambiance exceptionnelle ! Je regrette simplement qu'il n'y ait pas de cours dans la journée pour les personnes qui ne travaillent pas, les mamans au foyer, ça existe encore .... ! (Sauf le weekend mais nous sommes généralement en famille)

Helene : Il y a une bonne ambiance pendant les cours. Ce n'est pas une compétition, tout le monde est sur le même pied d'égalité. Hommes ou femmes, jeunes ou plus vieux. Nous nous entre-aidons les uns les autres dans une atmosphère studieuse et relaxe.

Anne W : L’ambiance des cours de Krav Maga est très sympa, moins révérencieuse et plus décontractée mais tout aussi respectueuse vis-à-vis de l’instructeur que celle des arts martiaux traditionnels.  On transpire, on apprend et on rit.  Les cours sont interactifs car il y a de la place pour les questions relatives aux techniques enseignées.  Celles-ci sont donc expliquées.  Quand une technique est bien comprise, elle est plus facile à assimiler et, si nécessaire, à mettre en œuvre !

Anne J : L´ambiance des cours est géniale. Ils sont bien organisés.  Echauffement au début du cours, la théorie, la pratique et les étirements à la fin. Cela se voit que l´instructeur est bien instruit et connait le sujet. Il sait répondre à toutes les questions que l´on peut avoir sur les différentes techniques. En plus, il est souvent marrant.


3/ Qu'est-ce que le Krav Maga t'a apporté dans la vie de tous les jours?

Anne V : Beaucoup plus de confiance en moi et une canalisation à bon escient de mon agressivité  en plus je me sens plus en forme physiquement .

Jessika : je me sens plus en sécurité. Si je n’aime pas quelque chose, je le dis. C'est plus une question de mentalité. Je me rends compte des différentes possibilités que j’ai dans différentes situations.

Valérie : le Krav Maga me rassure lors de mes déplacements. Je checke les endroits où je me trouve, imagine quelles techniques je pourrais utiliser s’il se passe quelque chose. Je ne tourne plus un coin en rasant le mur ! Ma démarche est plus assurée et je me sens plus forte. Sans oublier, toutes les personnes qu’on rencontre pendant les cours et les voyages en Israël comme pour le dernier  « Tour & Training 2012 ».

Laurence : Plein de nouveaux amis très chouette pour commencer. Le social ça compte aussi ;-)  Heureusement, je n'habite pas dans les quartiers "à risque" et je n'ai encore jamais eu à m'en servir mais d'une certaine façon c'est quand même rassurant.

Je n'ai pas encore un niveau très haut mais on apprend des petits gestes qui peuvent certainement nous sortir de mauvais pas.

Tamara : des courbatures! Mais également l'envie de me perfectionner dans l'exécution de certains mouvement cf.: les coups de poing et la défense en générale.

Marie-Sandra : Le Krav Maga m'a incontestablement apporté une meilleure confiance en moi lorsque je me promène le jour et surtout le soir. C'est également un bon moyen d'entretenir sa forme physique alors allier l'utile à l'agréable, c'était un bon compromis. Après chaque entraînement, je note les techniques sur un petit cahier et avec mes 5 enfants et un mari, j'ai de quoi trouver de potentiels adversaires. J'inverse alors les rôles et j'apprends quelques rudiments à ma famille ...

Anne W : m’a probablement (encore plus) conscientisée à propos de mon environnement sans toutefois sombrer dans la paranoïa ;-).  Modifier certains comportements tel que jeter un rapide coup d’œil afin de localiser les issues quand on est dans un espace public devient un réflexe qui peut être salutaire, le cas échéant.

Hélène : Un bon entrainement physique ; plus de muscles, de réflexes et d'endurance.

Mais aussi de la confiance en moi et en mes gestes. J'ai à présent conscience de ma force. Nous apprenons à être plus alerte et à se protéger le plus vite possible du danger. Les cours sont pour moi une sorte d'échappatoire, je ne pense plus aux soucis de tous les jours.

Bref, que des bénéfices . . .


4/ Te sens-tu plus en sécurité grâce au Krav Maga?

Anne V : oui, mais le chemin est encore long

Jessika : Oui, je pense que je peux réagir. Je n’ai pas peur des conflits.

Valérie : Ça commence... Je dois continuer à m entraîner. Je ne me sens pas encore tout à fait en sécurité quand je suis seule.  En tant que femme, je sais bien que face à un homme, je ne gagnerai pas mais j aurais l’occasion de lui faire mal comme il le faut et de partir! Le Krav Maga m’aidera à réagir malgré ma peur!

Laurence : Je ne me sens pas plus ou moins en sécurité mais sans doute plus prête à me défendre efficacement si c'était nécessaire.

Tamara : non pas vraiment. Peut-être parce que je ne maîtrise pas encore les techniques du Krav-Maga.

Marie-Sandra :  Oui, je me sens bien sûr plus en sécurité car à force de répéter les techniques, les gestes deviennent automatiques et j'espère qu'ils le resteront en situation réelle. Nous les femmes, nous savons que nous ne pouvons pas rivaliser avec la force physique, alors quelques petites techniques toutes simples suffiront largement à déstabiliser l'adversaire.

Anne W :  Etre capable de se défendre augmente la confiance en soi et, partant, l’attitude que chacun adopte en rue.  Cette confiance en soi irradie et, comme dans tous les aspects de la vie, est perceptible ; elle permet certainement de ne pas être perçu comme une victime par un/des potentiel(s) agresseur(s).

Hélène : Oui et je n'ai pas l'intention de m'arrêter là. Il faut un entraînement régulier et de la discipline pour acquérir et garder de bons réflexes. On ne cesse jamais d'apprendre et de s'améliorer.

Anne J : Oui et non. Oui – parce que si jamais je me fais agresser, je saurai comment me défendre, ou bien d´essayer de me défendre. On connaît tous la théorie de donner un coup à quelqu´un mais c´est grâce à Krav Maga que j’ai pu pratiquer cela et par conséquent je me sens plus sûre de moi si jamais il y a un problème.

Non – parce que faute de Krav Maga je me rends compte de combien de façons il y a que quelqu´un peut faire mal à une autre personne. Voilà pourquoi je continue à m´entrainer.

 

5/ Est-ce que ton instructeur répond spécialement à tes besoins?


Anne V : Tout a fait, malgré qu'il ait l'âge de mon fils

Jessika : Oui, Sebastien Duchène est très pédagogique

Valérie : Oui, totalement. Harry (Harry Mariette) est toujours disponible. Autant psychologiquement que physiquement !

Laurence: Gaëtan (Gaëtan Mostin) est vraiment super.

Si je peux juste suggérer quelque chose c'est peut-être de développer un programme plus destiné aux filles. En effet le type d'agression que nous pouvons subir est en fait assez différent de ce qu'un homme pourrait rencontrer.

Une femme sera moins confrontée à une prise de bec qui se termine en coup de poing par exemple qu'à une agression multiple.

Les positions d'agression seront assez différentes aussi. Parfois j'avoue que j'apprends des mouvements qui ne sont pas "naturels" pour une femme. Nous ne balançons pas spontanément un coup de poing par exemple.

Tamara : L'instructeur est vraiment bon. Il est patient, clair et très bon pédagogue.

Marie-Sandra : Mon instructeur Gaëtan (Gaëtan Mostin) est très professionnel. Il répond à mes besoins sans aucun problème mais s'il fallait faire un cours spécial femmes, j'aimerais bien savoir me défendre en cas d'arrachage de sac à main ou en cas d'agression dans sa voiture à un feu rouge ou au moment où l'on rentre dans sa voiture (là, ce n'est pas spécifique aux femmes !).

Anne W : Lors des cours collectifs de Krav maga, les techniques classiques sont enseignées au groupe.  Fréquemment, des alternatives sont proposées aux personnes moins robustes.  On joue alors plus sur la mobilité, la rapidité…ou la ruse !

Lors des cours particuliers, les techniques enseignées tiennent évidemment compte de mes aptitudes personnelles et sont tout à fait centrées sur mes besoins.

Hélène : Je considère  mon instructeur, Alex (Alex Sainanee) comme un très bon professeur. Il est à l'écoute, compréhensif et sait gérer le groupe de manière naturelle et calme.Rien ne lui échappe...

Anne J : L´instructeur est franchement très bien. Il sait adapter le rythme des cours à ses élèves. Il est toujours prêt à réexpliquer la théorie et il nous corrige si l´on se trompe. C´est cela qui nous permet de progresser de la façon cohérente et continuelle.

Qu'est-ce que le Krav maga?

Littéralement le Krav maga veut dire combat avec contact.

Ma définition néanmoins diffère quelque peu, c'est la manière la plus efficace de gérer une situation contre un ou plusieurs adversaires qu'ils soient armés ou non. Le Krav maga n'est pas une synthèse de toute une série d'arts martiaux ou d'arts de combats mais au contraire une méthode originale parfaitement adaptée à nos conditions contemporaines. Comme vous le savez, le Krav maga est aujourd'hui la méthode la plus adéquate pour se défendre en milieu urbain.

 

Y a-t-il beaucoup de clubs de Krav maga en Belgique?

Il y a effectivement une bonne activité de Krav maga en Belgique avec quelques fédérations qui sortent du lot, (dont la nôtre) et toute une série de clubs ou d'associations pratiquant le Krav maga avec grand coeur. Vous retrouvez à chaque commune ou région, son ou ses clubs de Krav maga ayant plus tout au moins une connexion lointaine avec Israël. Ma vision concernant ces personnes est la suivante: je vois beaucoup d'énergie, beaucoup de volonté mais malheureusement, souvent des fautes techniques élémentaires. De là et c'est mon regret, ces gens devraient plus s'investir dans la recherche d'informations correctes. En ce qui me concerne, j'ai passé durant les deux dernières années, plus de 60 jours de cours avec Gabi pour être au coeur de l'information. Et lorsque vous manipulez un pistolet,  la défense peut être fatale si un doigt est mal placé, d'où l'importance effectivement d'effectuer la bonne technique au bon moment avec force et détermination.

 

Est-ce que le contact est important dans le Krav maga?

Pour moi le contact est fondamental. On peut s'entraîner pendant des années à faire des techniques dans le vide, mais à un moment il faut avoir la sensation de l'impact et la sensation de la technique en danger réel. Pour ce faire, on teste toutes les techniques avec casques et on voit sur le fait si les techniques fonctionnent et là encore une fois, Gaby et sa science du Krav maga éprouvé sur les champs de bataille nous aide énormément. Egalement, toutes nos salles disposent de pattes d'ours, de paos, de gants, …afin que tous les élèves puissent tester les techniques de Krav maga sans blesser son partenaire.

 

Au mois prochain, pour de nouvelles questions.

Harry Mariette
Directeur IKM Belgium, France,
Suisse & Luxembourg




 

Faisant référence au cours de ce lundi 1 août, je vous montre une vidéo illustrant bien que ce n'est pas forcément celui qui provoque qui gagne le combat.

P.S. Veuillez noter que le skateur est extrêmement 'gentil' avec le voyou.

{youtubejw width="400" height="320"}R3VEV8s7r_o{/youtubejw}

 

Etant débutante en Krav Maga, je me rends compte de la complexité qu'il y a à savoir se défendre.
Frapper, savoir donner un coup (en s'épargnant un maximum) au bon endroit et au bon moment, ...ces choses que je pensais évidentes en réalité ne le sont... pas du tout.
Je dois reconnaître que les premiers cours ont surtout servi à me montrer à quel point il y a une grande différence entre ce que je croyais savoir faire et ce que j'étais capable de faire!
 
Les premiers cours demandent une concentration totale, il faut regarder attentivement son instructeur, retenir les coups, accorder les mouvements, être rapide, avoir de la détermination, ...
 
Et ça fonctionne!
J'ai déjà adopté une autre démarche, je ne tourne plus un coin en rasant le mur et j'imagine ma défense dans différentes situations.
 
L'article "Krav Maga = Paranoïa" sur le site définit bien le sentiment d'un débutant en Krav Maga.
 
Je suis donc dans le stade de "consciemment incompétente".
 
Je me surprends même à refaire des exercices dans le vide ou à regarder dans le miroir si ma position de main est bonne ;-)
 
Harry nous donne la marche à suivre. Il voit et corrige toutes les fautes, il répond à toutes les questions.
Quand on entre dans ce dôjô, on sait déjà qu'on va apprendre quelque chose, que l'on va être motivé par notre instructeur et, c'est aussi important, que l'on va passer un bon moment.
 
Voilà, un petit texte de quelqu'un qui ne sait pas encore faire grand-chose mais qui est mordue par la discipline,
 
 
A bientôt pour mon P1 ;-)

Les dégâts possibles avec un couteau


Chacun d'entre nous utilise un ou plusieurs couteaux chaque jour.

Nous sommes-nous déjà interrogés sur la dangerosité de cette arme de poing que chacun peut se procurer ?

Ci-joint, une vidéo de la marque Cold Steel où vous pouvez constater que les dégâts avec un couteau de quelques centimètres peuvent être gigantesque !

Pour rappel, il est interdit de se promener avec une lame !!

{youtubejw width="400" height="320"}FJAnGxkg_zc{/youtubejw}
Tim a effectué diverses formations dont la Gestion de l’agressivité.
Il a acquis une grande expérience en Psychologie suit à ces différents stages et son travail au Centre Espoir et Joie (centre de jour et d’hébergement pour personnes handicapées mentales sévères et profondes) dans la fonction de psychologue.
Tim collabore également au Centre Médical Deschanel en tant que freelance et soutient le projet Fight Against Violence sous l'onglet gestion de l'agressivité non physique.

Expériences professionnelles .

2011- :   Gestion de l'agressivité non physique à Fight Against Violence
2009- : Consultations psychologiques au Centre Médical Deschanel
2007- :   Centre Espoir et Joie (centre de jour et d’hébergement pour personnes handicapées mentales sévères et profondes) dans la fonction de psychologue
2007  :    Employé chez A.T.E.R.I.S. dans la fonction de psychologue (sélection et recrutement du personnel)

Tout d'abord, il faut, évidemment, être attiré par les disciplines de ce type...

Avec le temps, j'ai découvert qu'il y avait 3 types de gens qui venaient au Krav :


1/ Je veux faire du sport et pourquoi pas apprendre à me défendre...

C'est la personne qui a entendu ou vu quelqu'un qui en faisait (ou connaissait..) et veut essayer.

Cette catégorie est la moins représentée dans les clubs (en tout cas, dans mon club) car il y a les mêmes raisons de venir au Krav que d'aller dans un club de fitness avec, malheureusement, le même taux de défection.

Bien que parmi mes élèves, des gens ayant découvert le Krav de cette façon font partie de mes plus anciens élèves.

 

2/ Je veux me apprendre à me défendre à cause de....

Cette catégorie est bien représentée car ces gens viennent avec une idée précise qui s'inscrit dans le temps et qui a un but défini.

Ces gens vont trouver, dans le Krav Maga, une réponse à leur demande.

J'ai la chance d'avoir dans mon club, une dizaine de ceinture noire de différentes disciplines et tout le monde s'accorde à dire que le temps pour devenir efficace est le plus court dans le Krav Maga.

 

3/ J'ai fait des arts martiaux pendant des années et je n'ai pas trouvé l'efficacité que je recherchais...

J'ai naturellement plus d'affection pour ces gens-là car j'étais également dans le cas.

En général, ces gens découvrent un nouveau monde comme le paléonthologue dans Jurassic Park ;-)

Et comme je le dis souvent, on passe des secondaires à l'université et on va comprendre pourquoi on fait les choses et surtout bénéficier de cette mine de connaissances et de compétences.

On va toucher à une réelle efficacité !!

De ce fait, le trouble viendra souvent quand ces mêmes personnes découvrent que des choses qu'ils croyaient immuables sont, en fait, fausses ou inapplicables.

Le coup qui tue est possible mais avant d'y arriver, il faut que toute une série d'éléments soient réunis (bonnes positions, angle de touche parfait, force physique le permettant, l'adversaire seul et quasi sans bouger...).

Idem pour le coup de pied retourné, essayez de le faire si vous êtes en costume de ville ou non échauffé ou encore pris dans une foule de gens

Et à côté de cela, 3 choses seront offertes:

  • Vous allez parfaire votre condition physique
  • Vous allez réellement apprendre à gérer une situation de conflit
  • Vous ne serez pas blessé en sortant du cours


Harry Mariette

 

Avant de voir comment on doit frapper, il est peut être intéressant de voir avec quelle partie de la main on doit frapper.

Description de la main

La main est composée des doigts et ceux-ci recroquevillés vont former le poing

La main est jointe par le poignet au radius et au cubitus.

Or si l’on regarde la radio d’une main, on comprend qu’il vaudra mieux frapper avec les kentos de l’index et du majeur que de l’annulaire et l’auriculaire.

main pour  kento

Pourquoi ?

Parce qu’à l’endroit reliant les os des doigts et le poignet, il y a un trou entre ces os et le cubitus.



kento002

De ce fait, en frappant avec  les kentos de l’annulaire et de de l’auriculaire, vous risquez de déplacer ces os vers l’arrière. CQFD

FacebookTwitterGoogle BookmarksLinkedinRSS FeedPinterest